chirurgie-paupieres_22Chirurgie des paupières : la Blépharoplastie

Définition :

Il s’agit d’une intervention visant à atténuer en les corrigeant les signes de vieillissement présents au niveau des paupières et de remplacer l’aspect « fatigué » du regard, par une apparence plus reposée et détendue. Les « disgrâces » les plus fréquemment traitées par blépharoplastie sont les paupières supérieures lourdes et tombantes, avec excès de peau formant un repli, les paupières inférieures affaissées et flétries, présentant de petites rides horizontales. Objets de fréquente de demandes de traitement, on trouve également les hernies de graisse, responsables de « poches sous les yeux » au niveau des paupières inférieures, ou de paupières supérieures « bouffies ».

En fonction des cas et du souhait du patient, la blépharoplastie peut s’effectuer sur les deux paupières supérieures ou inférieures, voire sur les quatre à la fois. Cette véritable chirurgie esthétique des paupières est pratiquée aussi bien chez la femme que chez l’homme. Courante dès la quarantaine, elle est parfois réalisée chez des patients beaucoup plus jeunes, notamment en cas de « disgrâces » constitutionnelles (facteurs héréditaires), et non pas liées à l’âge, comme certaines « poches graisseuses ».

Acte chirurgical à part entière, la blépharoplastie peut être aussi associé, si nécessaire, à de nombreux gestes complémentaires au niveau de la face, tels que : lifting, laser, peeling, etc.

A Noter : La correction des ces « défauts » relevant de l’esthétique pure, ne justifie pas une prise en charge par l’Assurance-Maladie. Il s’agit d’une intervention assez simple avec des suites opératoires « acceptables » pour une personne en activité professionnelle.

chirurgie-paupieres_22Chirurgie des paupières : la Blépharoplastie
En pratique :
Classiquement, dans la plupart des actes de blépharoplastie, le chirurgien pratique des incisions cutanées même s’il existe de nombreuses autres variations, en fonction des cas.
Pour les paupières inférieures, en cas de poches isolées, on pourra réaliser une blépharoplastie par voie trans-conjonctivale, grâce à des incisions placées à l’intérieur des paupières et ne laissant donc aucune cicatrice visible.
Des résections peuvent aussi être nécessaires : elles portent selon les cas sur la peau, sur la graisse, sur le muscle.
En fin d’intervention, les sutures sont réalisées avec des fils très fins, habituellement non résorbables (à retirer après quelques jours).Généralement, une pommade ophtalmique spéciale est étalée dans les yeux et un pansement simple est mis en place.

A Noter : L’hospitalisation se déroule en chirurgie ambulatoire et ne dure le plus souvent que quelques heures. Elle est précédée d’examens préopératoires (bilan, consultation avec un ophtalmologiste, consultation d’anesthésie). En fonction de la technique utilisée, l’intervention presque toujours sous anesthésie locale avec une sédation, peut durer de 45 minutes pour 2 paupières à 2 heures pour 4 paupières.

chirurgie-paupieres_22Chirurgie des paupières : la Blépharoplastie
Après l’opération :
Les suites opératoires sont en général peu douloureuses et ne nécessitent que des antalgiques simples.
On observe parfois durant les premiers jours une impossibilité de fermer totalement les paupières ou un léger décollement de l’angle externe de l’oeil qui ne s’applique plus parfaitement sur le globe. Ces signes relativement fréquents ne doivent pas alarmer le patient. Ils sont, en règle générale, rapidement réversibles.
Les fils de suture sont retirés vers le 6e jour après l’intervention.
L’oedème et les ecchymoses, nés de l’intervention disparaissent en 15 jours à 3 semaines mais peuvent être dissimulés sous du maquillage couvrant à partir du 7e jour.
Le résultat est acquis au 6e mois postopératoire.
Les cicatrices atteignent leur aspect définitif après un an d’évolution.

A Noter : Il convient d’envisager une convalescence et un arrêt de travail d’une durée de 7 à 10 jours.

chirurgie-paupieres_22Chirurgie des paupières : la Blépharoplastie
Risques et complications :

Risques anesthésiques :

Possibles dans tout acte chirurgical comme la blépharoplastie, ces risques sont expliqués au patient lors de la consultation d’anesthésie préopératoire.

Risques immédiats liés à l’intervention :
  • L’hématome : Il s’agit d’un saignement qui provoque une augmentation brusque du volume de la paupière qui justifie une reprise rapide au bloc opératoire afin d’évacuer l’excédents de sang
  • L’infection : exceptionnelle lors d’une blépharoplastie, à part quelques rares micro-abcès développés sur un point de suture et facilement traités par de petits soins locaux. Une simple conjonctivite sera prévenue par la prescription systématique de collyres les premiers jours.
  • Les retards de cicatrisation : souvent dus à une désunion cicatricielle lors d’un hématome ou d’une infection
Risques secondaires (quelques semaines) :
  • Les anomalies de cicatrisation : très rares au niveau des paupières, où la peau, très fine, cicatrise habituellement de façon quasiment invisible. Il peut arriver que les cicatrices soient un peu visibles, surtout dans leurs parties externes.
  • Les kystes épidermiques : ils peuvent apparaître le long des cicatrices et s’éliminent souvent spontanément, sinon ils sont faciles à enlever et ne compromettent pas la qualité du résultat final.
  • Les troubles de la sécrétion des larmes : un larmoiement persistant est plus rare qu’un « syndrome d’oe
  • Le ptôsis (difficulté à ouvrir complètement la paupière supérieure) : très rare, sauf au-delà de 70 ans où un déficit préexistant peut parfois être majoré par l’intervention.
  • La lagophtalmie (impossibilité de fermer complètement la paupière supérieure) : possible les tous premiers jours suivant l’intervention, sa persistance au-delà de quelques semaines ne devrait pas se rencontrer.
  • L’ectropion (rétraction vers le bas de la paupière inférieure) : la forme majeure est rarissime au décours d’une blépharoplastie correctement réalisée. La forme mineure (« oeil rond »), survient parfois sur des paupières peu toniques soumises à une rétraction cicatricielle intempestive. Cette rétraction finit la plupart du temps par s’estomper après quelques semaines de massages pluriquotidiens destinés à assouplir la paupière.Enfin, très exceptionnellement, il existe des cas où le patient peut être atteint de diplopie (vision double), de glaucome (hypertension oculaire), et même de cécité après blépharoplasties.