Want to pass the IT exam quickly? Here are the latest exam materials PDF, including Cisco, Microsoft, IBM, Oracle, EMC and more. This is the most effective way to pass the exam. Learn more Click:


200-125 pdf 
200-310 exam dumps 
70-533 exam pdf 
ccna 210-260 book 
cisco-catalog 
http://www.itexamwin.com/ 
cisco 
study 200-105 dump 
http://www.itcertwin.com/ 
1Z0-061 pdf 
400-201 exam pdf 
352-011 pdf 
400-051 pdf 
http://www.itexamlibrary.com/ 
ccnp cisco 
300-075 dumps 
1Z0-450 exam dumps 
1Z0-055 exam meterial 
200-355 exam pdf 
220-603 exam pdf 
300-209 dumps pdf 
http://www.itexamnow.com 
1Z0-062 exam pdf 
1Z0-051 dumps pdf 
PMP exam pdf 
cisco-catalog 
640-692 exam guide 
200-125 pdf dumps
300-115 dumps pdf
cisco 300-075 vce
70-487 microsoft exam
cisco 300-115
1Z0-590 questions
300-320 dumps pdf
500-051 dumps pdf
70-486 microsoft
300-101 Exam braindumps
300-206 exam braindumps
200-125 ccna routing and switching
C2090-619 pdf guide
74-343 exam questions
400-101 study pdf dumps
200-125 practice questions
70-534 pdf exam questions
200-125 pdf

Le lifting du visage

Définition  du lifting:

Le lifting est une opération visant à remettre en tension les tissus affaissés du cou et des deux tiers inférieurs du visage. Les améliorations attendues d’une telle pratique portent essentiellement sur l’affaissement du cou, de la joue et de l’ovale du visage.

Selon les cas, le praticien peut réaliser un simple lifting cervico facial, ou associer cet acte chirurgical, si nécessaire, à de nombreux gestes complémentaires au niveau de la face (lifting temporal, lifting frontal, blépharoplastie…). Ces actes associés sont susceptibles d’êtres effectués au cours de la même intervention ou lors d’un 2nd temps opératoire.

A Noter : le lifting facial est l’opération de rajeunissement facial la plus lourde. La correction de ces « défauts esthétiques » ne justifie pas une prise en charge par l’Assurance-Maladie.

Le lifting du visage

En pratique :

La base de la technique du lifting facial est constituée par la pratique d’incisions cutanées, bien qu’il existe de multiples variations en fonctions des cas soumis au praticien. Ainsi, si le cou nécessite un geste spécifique dans sa partie centrale, une petite incision supplémentaire de quelques cm sera pratiquée juste sous le menton. Le tracé de ces incisions correspond bien sûr à l’emplacement des futures cicatrices, qui seront donc, en grande partie, dissimulées dans les cheveux et derrière l’oreille.

La deuxième étape de l’intervention en lifting est le décollement : à partir des incisions réalisées, la peau et une partie de la graisse, sont décollées des plans profonds. Cette phase peut s’accompagner d’interventions sur les plans profonds (si nécessaire, les muscles et les tissus fibreux ou graisseux situés sous la peau peuvent à leur tour être décollés puis être remis en tension et fixés en bonne position).

Troisième étape du lifting : le redrapage cutané. La peau est tirée en arrière et vers le haut, puis l’excédent est découpé. On peut alors réaliser les sutures pour fixer la peau ainsi retendue le long de la ligne d’incision.

Au cours de cette opération, il n’est pas rare que la mise en place d’un drain s’avère nécessaire. Celui-ci est alors placé sous la peau derrière chaque oreille. Généralement, un pansement est mis en place en fin d’intervention. Les drains et le pansement seront retirés le lendemain.

A Noter : Une intervention de lifting demande en général une hospitalisation de 24 heures. Le patient est soumis à des examens pré opératoires (bilan et consultation d’anesthésie), L’intervention en elle-même s’effectue soit sous anesthésie générale soit sous anesthésie locale avec une sédation. Elle peut, selon les gestes et actes à réaliser, durer de 2 h 30 à 4 heures.

Précisions : un lifting cervico facial est efficace sur l’affaissement des pommettes, sur les bajoues et sur l’altération de l’ovale du visage, sur les sillons nasogéniens et sur l’affaissement du cou. Il ne peut en aucun cas, et à lui seul, supprimer toutes les altérations d’un visage. Cette pratique vise uniquement une amélioration de certains points, mais ne garantit en aucun cas la disparition complète de toutes les rides et sillons de la peau. Ainsi, le patient est en droit d’attendre d’un lifting, un rajeunissement de la partie basse de son visage.
Il est important de rappeler, qu’un lifting cervico-facial seul ne peut en aucun cas éliminer les petites imperfections de la peau (fines ridules, aspérités, cicatrices, taches…), ni les rides du front, ni l’affaissement des sourcils et des paupières, ni les rides autour des lèvres.
L’atténuation de ces disgrâces n’est possible que par l’utilisation d’autres techniques.

Le lifting du visage

Après l’opération :

Les suites opératoires sont en ce qui concerne le lifting, éminemment variables d’un patient à l’autre. Elles sont en général peu douloureuses et ne nécessitent que des antalgiques simples. Principale gêne occasionnée, une sensation d’inconfort est ressentie par le patient.

Les premiers jours le patient doit observer un repos complet. Les drains et le pansement seront ôtés le lendemain. Les points non résorbables autour de l’oreille seront enlevés entre le 5e et le 7e jour. Les fils dans le cuir chevelu seront retirés, souvent en deux fois, entre le 10e et le 15e jour.

Les œdèmes, et les ecchymoses occasionnés par la pratique du lifting sont sans gravité mais présentent parfois un caractère impressionnant lorsqu’il atteignent leur maximum, entre le 2e au 4e jour.
Il faut compter 3 semaines pour retrouver une vie sociale normale et 2 à 3 mois pour avoir une idée du résultat définitif.

A Noter : Les cicatrices évoluent sur 1 à 2 ans. Elles sont en grande partie dissimulées dans les cheveux et dans des plis naturels, et ne sont visibles que sur une petite portion devant l’oreille où elles seront aisément masquées par un peu de maquillage ou par un artifice de coiffure.

Le lifting du visage

Risques et complications :

Risques anesthésiques :

Comme dans tout acte chirurgical, le lifting comprend des risques. Ils sont expliqués au patient au moment de la consultation d’anesthésie préopératoire.

Risques immédiats liés à l’intervention :

  • L’hématome : Il s’agit d’un saignement qui provoque une augmentation brusque du volume de la joue ou du cou et qui justifie une reprise rapide au bloc opératoire afin d’évacuer l’excédents de sang.
  • L’infection : exceptionnelle lors d’un lifting. La seule manifestation d’une infection peut se révéler à travers la présence de rares micro-abcès développés sur un point de suture. Ces abcès sont facilement traités par de petits soins locaux.
  • Les retards de cicatrisation : ces phénomènes sont le plus souvent dus à une désunion cicatricielle lors d’un hématome ou d’une infection

Risques secondaires (quelques semaines) :

  • Les anomalies de cicatrisation (nécroses) : ce genre de phénomène représente une complication grave car il provoque une marque cicatricielle visible. La nécrose cutanée est favorisée par le tabac qui perturbe la microcirculation. Elle peut également résulter d’une tension excessive, d’un hématome ou d’une infection non drainés.
  • L’œdème persistant : C’est un œdème mettant beaucoup de temps à disparaître, sa résorption complète peut prendre jusqu’à plusieurs mois.

Risques tardifs (plusieurs mois) :

  • Les cicatrices anormales : la qualité de la cicatrisation est variable d’un patient à l’autre. Les cicatrices peuvent présenter plusieurs types d’anomalies : êtres élargies, adhérentes, hyper ou hypo pigmentées, hypertrophiques ou chéloïdes. Dans certains cas, une reprise par opération doit être pratiquée.
  • L’alopécie : Ce phénomène peut parfois se rencontrer chez l’opéré, au niveau de la tempe et plus rarement de la nuque, en regard des zones décollées. L’alopécie est plus fréquente sur les cicatrices qui s’élargissent.
  • Les lésions nerveuses : Malgré le respect de la plus grande prudence durant toute l’intervention, il est toujours possible qu’un petit nerf soit lésé lors de la dissection. Les conséquences diffèrent selon le type de nerfs.
    Ainsi s’il arrive que des nerfs sensitifs (responsables de la sensibilité), soient touchés, cela provoquera chez le patient des paresthésies (engourdissements, »fourmis »), ou une anesthésie (insensibilité totale). Ce type de complications est certes peu fréquent mais représente tout de même 3 à 5 % des cas. Les zones les plus souvent touchées sont le lobe de l’oreille, la région pré-auriculaire, et la nuque. Le patient ne doit cependant pas s’alarmer inutilement car dans l’immense majorité des cas, ces troubles sensitifs sont incomplets et ne sont que temporaires.
    Il peut également arriver que des nerfs moteurs (commandant la mobilité musculaire), soient touchés. Cela provoque des parésies (faiblesse musculaire), ou une paralysie (impossibilité de mouvement). Ce sont dans un tel cas les branches du « nerf facial » qui sont exposées (elles commandent les différents muscles de la face, dont les contractions sont responsables des mimiques). Dans les faits, un seul côté du visage est atteint : il en résulte donc une asymétrie qui est surtout visible lors des mouvements. Ces atteintes sont très rares (< 2% des cas), souvent incomplètes (simples parésies), et surtout sont régressives dans la majorité des cas. En effet, généralement, les signes disparaissent, souvent en quelques heures (déficits dus à l’anesthésie locale), parfois plus lentement en quelques semaines ou mois, au terme d’une lente atténuation durant laquelle seule la patience est de rigueur. Au total, les véritables paralysies faciales définitives restent extrêmement rares.
  • Les kystes et fistules salivaires : Exceptionnels, ces phénomènes résultent d’une lésion de la glande salivaire située dans la joue.

Rappel utile : le lifting cervico facial représente l’intervention la plus lourde dans le cadre du rajeunissement facial. Il permet de traiter efficacement la partie basse du visage (joue, ovale et cou). Les suites opératoires sont souvent marquées au niveau du visage. Il est donc souhaitable pour le patient de voir cette intervention réalisée au cours d’ une période d’activité professionnelle et sociale restreinte.