chirurgie-oreille_22La chirurgie des oreilles :

l’Otoplastie

Définition :

L’otoplastie est une opération chirurgicale ayant pour objet de corriger les anomalies du cartilage de l’oreille responsables de l’aspect « décollé » que celle-ci présente parfois. Plusieurs anomalies peuvent être ainsi corrigées soit indépendamment les unes des autres soit dans le même temps opératoire. La finalité de l’opération est d’atteindre une réelle symétrie des oreilles tout en leur conférant un aspect naturel.

L’otoplastie peut être pratiquée chez l’adulte ou l’adolescent, mais la plupart du temps la correction est envisagée dès l’enfance où elle peut être pratiquée à partir de l’âge de 7 ans (généralement l’âge vers lequel l’enfant commence à se plaindre de son aspect et en souffre).

A Noter : La correction de certains défauts, par pratique d’une otoplastie, peut, suivant les cas, relever d’une prise en charge par l’Assurance-Maladie.

chirurgie-oreille_22La chirurgie des oreilles : l’Otoplastie

En pratique :

En pratique, les incisions cutanées, première étape de l’opération, sont effectuées uniquement dans le sillon rétro auriculaire, c’est à dire dans le pli naturel situé derrière l’oreille. Suivant les cas, de petites incisions complémentaires sont pratiquées à la face antérieure du pavillon : elles sont dissimulées dans des replis naturels.

La seconde étape de l’intervention réside en une action au niveau des cartilages. Plusieurs gestes sont réalisables, à l’image des: striations, incisions, résections, ou de la fixation par sutures… La détermination de ces gestes dépend essentiellement des anomalies à corriger. La décision est prise lors de la consultation préopératoire.

Pour les sutures, le praticien utilise des points non résorbables, retirés au 10e jour postopératoire. Enfin, étape finale, un pansement élastique autour de la tête est mis en place, afin de maintenir les oreilles en bonne position.

A Noter : L’intervention se déroule le plus souvent en chirurgie ambulatoire (hospitalisation de jour). Des examens préopératoires (bilan préopératoire et consultation d’anesthésie), déterminent les conditions de l’intervention. Suivant la nature exacte des actes à pratiquer, le chirurgien envisagera soit une anesthésie locale stricte, soit une anesthésie locale avec une sédation. Dans de rares cas, on réalisera l’intervention sous anesthésie générale.
L’intervention peut durer de 45 minutes à 1 h 30.

chirurgie-oreille_22La chirurgie des oreilles : l’Otoplastie

Après l’opération :

En règle générale, les suites opératoires sont peu douloureuses et ne nécessitent que des antalgiques simples, mais de grandes différences peuvent exister d’un patient à un autre.

Les premiers temps suivant l’opération, le patient devra observer un strict repos. Le premier pansement sera refait au bout de quelques jours et sera remplacé par un bandage plus léger. Au cours de cette période, les oreilles sont souvent très gonflées : en cause, l’œdème et les ecchymoses nés de l’intervention.

Les points non résorbables derrière l’oreille seront enlevés entre le 10e et le 15e jour.

Un bandeau de contention de type bandeau de tennis devra être ensuite porté nuit et jour pendant 15 jours puis uniquement la nuit pendant encore quelques semaines. Pendant cette période, il faut éviter toute activité sportive. Il faut compter 2 à 3 mois pour avoir une idée du résultat définitif.

A Noter : Les cicatrices évoluent sur 1 à 2 ans.

chirurgie-oreille_22La chirurgie des oreilles : l’Otoplastie

Risques et complications :

Risques anesthésiques :

Ces risques sont expliqués au patient au moment de la consultation d’anesthésie préopératoire.

Risques immédiats liés à l’intervention :
  • L’hématome : Il s’agit d’un saignement qui provoque une collection de sang dans la région rétro auriculaire et qui justifie une reprise rapide au bloc opératoire afin d’évacuer l’excédents de sang.
  • L’infection : exceptionnelle lors d’une otoplastie, à part quelques rares micro-abcès pouvant apparaître sur un point de suture. Ces micro-abcès sont aisément traités par de petits soins locaux.
  • Les retards de cicatrisation : ils sont souvent dus à une désunion cicatricielle lors d’un hématome ou d’une infection
Risques secondaires (quelques semaines) :
  • Les anomalies de cicatrisation (nécrose) : Il s’agit d’une complication, fort heureusement très exceptionnelle qui survient sur des peaux très fines en regard des reliefs cartilagineux de la face antérieure de l’oreille. Cette nécrose laisse une marque cicatricielle visible. La nécrose cutanée est aussi favorisée par le tabac qui perturbe la microcirculation
  • L’œdème persistant : on nomme ainsi un œdème dont la résorption complète peut prendre jusqu’à plusieurs mois.
Risques tardifs (plusieurs mois) :
  • Les cicatrices anormales : la qualité de la cicatrisation varie d’un patient à un autre. Ainsi, suite à une otoplastie, les cicatrices peuvent êtres élargies, adhérentes, hyper ou hypo pigmentées, hypertrophiques ou chéloïdes. L’oreille, particulièrement sensible est connue comme étant une région anatomique favorisant les cicatrices chéloïdes. Le risque est évalué à 1/500. Le traitement est alors difficile (injection de corticoïdes, reprise cicatricielle avec compression siliconée ….).
  • Les imperfections de résultat : elles peuvent survenir à la suite d’une complication, du fait de phénomènes cicatriciels non,prévus ou du fait d’une correction incomplète. Elles peuvent justifier une petite retouche sous anesthésie locale.

A savoir : La chirurgie des oreilles décollée est une chirurgie très codifiée qui donne de bons résultats au prix d’une intervention assez simple. Elle permet de supprimer des sources de complexes importants chez des enfants ou des adultes vivant difficilement leur apparence physique, état qui peut les conduire à de graves difficultés psychologiques, voire à une réelle désocialisation.