Toxine botulique (Botox®, Vistabel®, Dysport®)

Le botox en pratique :

Beaucoup de rides du visage sont des rides dites « d’expression ». Ces rides d’expression naissent de l’activité des muscles sous-jacents. Le vieillissement les accentue au cours du temps. Le front et les régions périorbitaires sont les zones faciales les plus touchées. Le lifting frontal, fut longtemps la seule technique permettant de remédier à ce phénomène d’accentuation : il permettait alors d’atténuer l’action de ces muscles sur la peau. Aujourd’hui, la toxine botulique, injectée directement dans les muscles responsables des rides, autorise un résultat identique à la pratique du lifting frontal, tout en conservant une mobilité suffisante pour satisfaire à l’expressivité du visage.

Le produit :

La toxine botulique, le botox sont utilisés en médecine depuis 1975, pour traiter le strabisme de l’enfant, les tics du visage et les clignements incontrôlables des paupières. Depuis février 2003, elle est autorisée pour le traitement des rides inter sourcilières. Le botox agit au niveau de la jonction neuromusculaire, afin de diminuer la contraction des muscles. Son action est toujours réversible en quelques mois, ce qui oblige à renouveler les injections pour prolonger le résultat. Le plus souvent, on injecte le front pour atténuer les rides horizontales et inter sourcilières, et les régions périorbitaires, pour atténuer les rides situées au coin des yeux (rides de la patte d’oie).

Principe d’injection :

De minuscules injections intramusculaires sont réalisées, réparties sur les muscles du front ou inter sourcilliers, sur les muscles de la patte d’oie et sur la queue du sourcil si celui-ci est attiré vers le bas. Le praticien procède à ces injection directement en cabinet, sans anesthésie. Elles sont quasiment indolores car pratiquées avec des aiguilles très fines. Il faut éviter toute prise d’aspirine ou d’anticoagulants dans les 15 jours qui précèdent l’injection.

 

Après l’injection  de Botox:

L’injection dans la région latérale du front est plus sensible. De petites ecchymoses peuvent apparaître, mais disparaissent en deux jours. De petites sensations gênantes surviennent dans la semaine qui suit, comme par exemple, de « petits tiraillements » du front. Le botox étant un produit résorbable il garantie l’absence de complications à long terme.

 

Résultats et suivi :

Après 4 jours, les résultats sont visibles : on observe une atténuation des rides avec une conservation de petits mouvements. Le front devient lisse et perd son caractère « sévère, et triste ». Les plis des pattes d’oie sont très diminués. Au bout de 4 mois, l’effet diminue et il faut renouveler la séance. Avec le temps et les injections, l’effet est plus durable et on peut espacer les injections.

 

Les imperfections possibles :

Chez certains patients, on observe une asymétrie de correction ou la persistance de quelques ridules. Pour y remédier, il faut généralement réaliser une injection complémentaire. Cette retouche ne doit pas être effectuée avant 15 jours (délais d’installation du résultat définitif).

 

Les complications possibles après le botox:

  • Maux de tête : disparaissant en quelques heures.
  • Ptôsis (défaut d’ouverture de la paupière supérieure) : avec pour origine une diffusion du produit au muscle releveur de la paupière. Ce phénomène est toujours réversible en quelques semaines.
  • Sécheresse oculaire par diminution de la sécrétion lacrymale.

Complications générales (exceptionnelles) :

  • Nausées, vertiges, éruption cutanée.