Prothèses mammaires, les réponses aux questions que vous vous posez

A la suite de l’émission cash investigation du mardi 27 novembre 2018, nous avons eu énormément d’appels au cabinet de patientes souhaitant êtres rassurées. Voici les réponses aux questions qui nous ont été posées :

Qu’est ce qu’un lymphome anaplasique à grandes cellules ?

Il s’agit d’une maladie de la capsule périprothétique. Chaque implant est entouré d’une capsule fabriquée par l’organisme afin de se protéger du corps étranger.
Il ne s’agit pas d’un cancer du sein. Il s’agit d’une prolifération de cellules de l’inflammation ( les lymphocytes ) déclenchée par une irritation chronique de la membrane périprothétique.

Est ce fréquent ?

En France à fin novembre 2018, il y a 54 cas déclarés à mettre en perspective avec les 500000 cas de femmes qui portent des implants mammaires soit une incidence de 1 cas pour 10000 femmes. A titre de comparaison , environ 1 femme sur 10 fera dans sa vie un cancer du sein. De même fumer expose à un risque bien plus important de survenue de cancer du poumon ou de la vessie ou de maladies cardiovasculaires.

Est ce grave, quel est le traitement?

Lorsque le diagnostic est posé précocement (au stade de maladie de la capsule), le traitement consiste à une ablation totale de la capsule ce qui est suffisant pour guérir la patiente.
Est on avec les prothèses mammaires macrotexturées devant un nouveau scandale sanitaire comme ce fut le cas pour PIP ?
Non nous avons connu un scandale sanitaire avec l’affaire PIP. Lors de L’affaire PIP, il s’agissait d’une fraude de la société PIP qui avait remplacé le gel de silicone de certains lots de prothèses par un gel industriel toxique. Dans le cas des prothèses mammaires macrotexturées, il ne s’agit pas d’un problème de toxicité mais d’un problème de conception de l’enveloppe de la prothèse.

Sait on pourquoi les prothèses macrotexturées peuvent provoquer un lymphome ?

Il y a plusieurs explications possibles qui sont :
Une irritation chronique de la capsule péri prothétique fabriquée par l’organisme autour de l’implant par la membrane rugueuse de l’implant
Une contamination bactérienne
Une prédisposition génétique

Quelles sont les prothèses concernées ?

Il s’agit des prothèses macrotexturées de type BIOCELL de la marque ALLERGAN. Certaines patientes qui ont développé un lymphome avaient un autre type de prothèses MAIS elles avaient toutes eu une pose de prothèses macrotexturées BIOCELL dans leurs antécédents.

Est-ce que toutes les prothèses vendues par Allergan sont concernées ?

Non. Le laboratoire Allergan commercialise des implants avec différentes membranes : lisses micro texturées et macrotexturées de type biocell. C’est ces dernières qui sont concernées.

Qu’est-ce qu’une prothèse macrotexturée ?

Il s’agit d’une prothèse dont l’enveloppe en silicone a été rendue rugueuse afin que les tissus de la patiente se fixent sur la prothèse et l’empêche de bouger. C’est particulièrement utile lorsqu’on utilise des prothèses anatomiques qui sont des prothèses qui ont une forme en goutte. Si ces prothèses bougent la forme du sein va être différente.

Dans quelques cas les prothèses anatomiques sont-elles utilisées ?

Beaucoup dans les reconstructions mammaires après mastectomie enfin de reconstruire la forme du sein. Parfois dans les cas d’augmentation mammaire ou dans certaines malformation du sein.

Certains prothèses sont recouvertes de polyuréthane. Sont elles concernées ?

Effectivement, il y a quelques cas de patientes dont le diagnostic de lymphome a été porté alors qu’elles avaient des prothèses recouvertes de polyutethane. Elles avaient toutes eu des prothèses BIOCELL d’ALLERGAN auparavant. Les prothèses recouvertes de polyurethane sont en fait des prothèses en silicone lisses avec une couche de polyuréthane collée à leur surface. Le polyuréthane diminuerait le risque de coque et surtout le risque de déplacement des implants anatomiques. Dans l’année qui suit la pose, le polyuréthane se détache de l’implant pour intégrer la capsule periprothètique qui se fait sur mesure par rapport à la prothèse. Dans cette capsule, la prothèse est lisse et ne peut provoquer cette irritation chronique qui serait à l’origine des lymphomes.

Que dois je faire si j’ai des prothèses mammaires macrotexturées Allergan ?

Chaque patiente porteuses de prothèses ne doit pas oublier de se faire surveiller par son chirurgien. Il faut de temps en temps réaliser des échographies afin de vérifier l’état de la prothèse. A la moindre modification il faut consulter (en particulier en cas d’augmentation brutale du volume du sein, en cas douleurs prolongées, en cas d’apparition de ganglions au niveau de l’aisselle). Dans tous les cas, il n’est pas recommandé de pratiquer une explantation systématique des patientes qui portent des prothèses mammaires macrostexturées Allergan.

Leave a reply